Avertir le modérateur

Les dessins de JAP

  • Après 37 ans d'adhésion, Manuel Valls quitte le parti socialiste

    Manuel Valls, après 37 ans d'adhésion au PS a annoncé ce mardi 27 juin, son intention de quitter le parti qui l’a vu grandir en politique : « une page pour moi se tourne, (...) une partie de ma vie politique s'achève. Je quitte le Parti socialiste... ou le Parti socialiste me quitte ». La gauche lui reproche officiellement un bilan qu’elle n’a jamais voulu assumer, chahuter par la loi travail et l'utilisation abusive de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution alors qu’avant lui Michel Rocard au même poste, en 1988, en avait eu recours 28 fois. Michel Rocard qui avait guidé les pas de Manuel Valls et d’un certain Jean-luc Mélenchon insoumis à sa propre insoumission. Tout cela n’est qu’un écran de fumées car c’est plus sur ses positions sur la laïcité que Manuel Valls pose un vrai problème à la gauche dans son ensemble. Le député de la première circonscription de l'Essonne, non investi par le PS lors des élections législatives parce qu’il n’avait pas soutenu le candidat de la primaire Benoît Hamon, entend désormais se consacrer pleinement à la majorité présidentielle qu'il rejoint sur les bancs de l'Assemblée nationale. « Moi, je voterai la confiance au gouvernement le 4 juillet prochain" a-t-il déclaré ». En marche avec un caillou dans la chaussure, il était temps de changer d’emblème…

    valls

     

    0 commentaire Catégories : Macron, politique, PS
  • La fierté : Sous le pavé ça brule!


    Ce week-end même si le ciel semble se couvrir on est encore les pieds dans l’eau. À Paris, on peut découvrir au Centre Pompidou une exposition rétrospective consacrée à l’œuvre de David Hockney, le peintre des piscines. Non loin de là plusieurs milliers de personnes defilent à « la marche en couleurs pour les fiertés ». Une manifestation pour les droits et la fierté des minorités sexuelles, les LGBTQIA+. Acronyme, lettre par lettre, qui signifie ; Lesbiennes, gay, bisexuel, transgenre, queer, intersexe, asexuel et + pour son évolution d’autres genres. La mairie de Paris, malgré l’état d’urgence a autorisé quelques animations dans les rues. En périphérie de Paris avec les très fortes chaleurs de ces derniers jours, l'ouverture « sauvage » des bouches d'incendie a connu son apogée. Aux States on appelle ça le « street pooling », cette pratique consiste à déverrouiller volontairement une bouche d'incendie pour créer un geyser d'eau rafraîchissante dans la rue. D’après la société Veolia, qui est en charge de la distribution payante de l’eau dans certaines villes, 60 000 litres d'eau sont déversées sur la chaussée par heure, c'est l'équivalent de 60 piscines olympiques qui sont gaspillées. De l’argent qu’il faudra retrouver tôt ou tard… La fierté c’est un combat de tous les jours, s’affirmer soi-même, aux autres, tel que l’on est et ça dépasse parfois la raison. Question : la fierté n’est elle pas ce geyser que nous portons en nous et qui a nécessairement besoin d’exploser comme ces bouches d'incendie? Par exemple, dans la récente affaire autour de la députée France Insoumise Danièle Obono fraichement élus à l’assemblée nationale, s’agit-il de simple liberté d’expression ou de fierté? Celle-ci a été interrogée, lors de son passage aux Grandes Gueules sur RMC pour son soutien à une œuvre musicale intitulée « Nique La France ». Le journaliste Alain Marshall lui demande alors si elle peut dire "Vive la France »?. « Vous voulez que je me mette au garde-à-vous et que je chante la Marseillaise ? », rétorque Danièle Obono, après quelques hésitations. Un incendie qui aurait pu être éteint très rapidement si l’élue avait fait preuve dès le départ d’un peu plus de pédagogie et de raison. À croire qu’elle voulut que le feu se consumât. Inviter des grandes gueules, aux grandes gueules c’est un pari risqué car il y aura forcément un effet d’écho qui se mettra en place. C’est pour cette raison que Jean-Luc Mélenchon en bon pompier pyromane qu’il est sait comment galvaniser ses troupes…

    insoumis

    0 commentaire Catégories : France insoumise, insoumis, minorité, politique
  • Au parlement, qui veut sauver le soldat Manuel Valls?

    Qui mieux qu’un ancien exclu peut venir en aide à un nouveau exclu?  Olivier Falorni, le maire socialiste de La Rochelle et député de la 1re circonscription de la Charente-Maritime. Rappelez-vous en 2012 lors des législatives, alors qu’il entrait en dissidence du parti socialiste et qu’il l’emportait largement devant Ségolène Royal (parachutée elle à la Rochelle) et bien c’est lui aujourd’hui qui tente de monter un 8 ème groupe à l’Assemblée nationale pour sauver le soldat Manu. Personne ne veut siéger dans le même groupe parlementaire que l’ex-Premier ministre. Officiellement on reproche à Valls l’utilisation du 49.3 pour avoir fait passer la loi travail, la même qui va être remaniée en bien pire durant cet été par l’équipe Macron et votée par ordonnances (ce qui est quasi la même chose), mais ça c’est la partie visible, la partie proprette. Descendons d’un cran… En 2016 lorsqu’un autre condor de la politique Roland Dumas, ancien président du Conseil constitutionnel fidèle Mitterrandiste affirmait que Manuel Valls était sous l'influence de sa femme… "Sous prétexte que je défends les Arabes contre les Israéliens, il m'a agressé un jour alors que je le connais à peine. [...] Chacun sait qu’il est marié avec quelqu'un.... quelqu'un de très bien, je dirais, qui a de l’influence sur lui", Roland Dumas témoignait au micro de Jean-Jacques Bourdin concernant la femme de Manuel Valls, la violoniste Anne Gravoin, de confession juive. Descendons d’un étage, le trop fameux diner du CRIF de 2016. François Hollande n’avait pu y assister laissant à Manuel Valls la lecture du discours officiel à sa place. Manuel Valls  en avait profité pour y glisser deux trois trucs perso… Appelant un chat un chat, faisant référence dans cette période marquée de son mandat par les attentats au  «terrorisme islamiste». L’occasion était trop belle pour faire une mise au point sévère sur «l'antisémitisme de l'extrême gauche» et aussi celui de «l'extrême droite», «l'antisémitisme des beaux quartiers et celui des quartiers populaires». Manuel Valls signait alors son arrêt de mort en affirmant :« Il y a l'antisémitisme et il y a l'antisionisme, c'est-à-dire tout simplement le synonyme de l'antisémitisme et de la haine d'Israël ». Le lendemain la gauche radicale (aujourd’hui FI), le PCF, les écologistes et même le Parti socialiste qui ont fait de la dénonciation d'Israël (étant considéré comme le principal responsable des maux du monde entier) l’un de leurs marqueurs en matière de politique internationale, tous tiraient alors unanimement à boulets rouges sur Manuel Valls. Pas étonnant de voir que sa récente élection dans la première circonscription de l'Essonne  (malgré le soutient de Dieudonné à la candidate FI) soit pour ses opposants actuels un revers à travers ce symbole fort bien au de là de la simple posture du 49,3. La simple tape dans le dos de ses pseudos amis d'hier n'y suffira pas, Manuel Valls le paye cash aujourd'hui et ça fait mal. En même temps c'est normal, qui détient les banques? Les grandes sociétés? Qui dirige le monde?

    Valls

    0 commentaire Catégories : antisémitisme, legislative 2017, politique, propagande, PS
  • Donald Trump vient d’avoir une idée de génie…

    Après avoir donné raison dernièrement à tous les climato-septiques de la planète en annonçant la sortie des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat, Donald Trump le président américain vient d’avoir une idée de génie. Un coup de chaud? On ne sait pas encore précisément mais il a présenté, dans l’Iowa, son « idée ». C’est toujours autour de son projet de mur qu’il souhaite construire le long de l’immense frontière avec le Mexique : « je vais vous donner une idée dont personne n’a encore entendue parler » a-t-il avancé … « la frontière sud à beaucoup de chaleur, beaucoup de soleil… Nous réfléchissons à la construction d’un mur solaire. Cela générerait de l’énergie, et cela le financerait » a-t-il expliqué. S’il a effectivement changé d’avis quelque peu sur le climat il reste persuadé que son projet de mur doit être construit rayon par rayon et que ce sont les Mexicains qui en payeraient la facture. Il en fait une affaire de résistance,  mais le Mexique par la voix de son président a déjà plusieurs fois fermement refusé. Le magnat de l’immobilier sait très bien que la construction de cet ouvrage – extrêmement coûteux – est l’une des clés de voute de ses promesses de campagnes toutes aussi farfelues les unes que les autres… Donald, réfléchis bien encore un peu ça va finir par bouillir et là tu pourras faire une centrale thermique tous le long de la frontière…

    Trump, cop21

    0 commentaire Catégories : International, technologie
  • Marielle de Sarnez et François Bayrou décrochent du gouvernement

    S’il y en a un qui connaît bien la musique c’est lui. François Bayrou est un homme politique français qui a commencé en 1982 par jouer du Radong. C'est une petite trompette Tibétaine qui le rapprochait spirituellement de son maître à penser, Ghandi. Puis, il est élu conseiller général des Pyrénées-Atlantiques, il gravit vite les échelons et en 1993 même s' il reste passionné par les bols chantants, il accepte la nomination de ministre de l'éducation nationale sous le gouvernement de Edouard Balladur (excellent aux tambourins à base de : « vous ne m’aimez pas ? Je ne vous aime pas non plus! ») c'est là qu'il se met à la flute à bec, au départ c’est pour se faire remarquer mais il ne va plus la lâcher. En 2002, lors d'un meeting UDF alors qu’il avait surpris un enfant, dans les rues de Strasbourg, lui faire les poches, il décide de pratiquer un cours instant « la giflette » en bon père de famille, ça va de soit. On lui en a tenu longtemps rigueur. L’enfant devenu adulte a été condamné par la suite pour une autre affaire par le tribunal correctionnel de Strasbourg pour outrages et violences à quatre mois de prison ferme. Les années passent et il se présente à plusieurs élections présidentielles sans tambour ni trompette, il perd à chaque fois. Il faut attendre l’élection de Jupiter Macron qui le voit en Phébus et il le nomme ministre d'État, garde des Sceaux et ministre de la Justice au sein de son premier gouvernement Édouard Philippe I et il va vivre alors son sacre du printemps, sa première envolé lyrique juste le temps de faire quelques gammes autour d'un projet de loi sur la moralité de la vie publique. Cette même moralité qui va le rattraper et soudain c'est le silence assourdissant de l’affaire du petit Grégory qui revient sur le devant de la scène. On ne saura jamais si c'est lui qui est à l'origine de cette relance juridique qui aurait eu pour but d'avoir fait diversion le temps d'une élection. Ce qu'on sait c'est qu’il est empêtré (selon des informations du Canard Enchainé) dans une affaire qui va sonner le gong de sa carrière. Fini le Radong, fini les bols chantants, fini la flûte à bec, l'assistante parlementaire de Marielle de Sarnez (bras droit de son parti, le MOdem) aurait en réalité été sa secrétaire particulière, elle était rémunérée par le parlement européen pour un emploi fictif... C'est la tuile et
    après une pause et plusieurs soupirs Marielle de Sarnez et François Bayrou décident de démissionner de leur poste respectif de ministre et ils choisissent le jour de la fête de la musique pour l'annoncer, une coïncidence ? Je ne pense pas! Tous les deux décrochent mais il n’y a pas de hasard car c'est pour mieux se préparer à jouer une toute autre partition…

    bayrou, sarnez

    0 commentaire Catégories : emploi, Europe, je, tu, il magouille, Justice, Macron, politique
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu