Avertir le modérateur

Les dessins de JAP

  • Hier dimanche 4 décembre le dessinateur de BD « Gotlib » s’est éteint à l’âge de 82 ans

    De son vrai nom Marcel Mordekhaï Gottlieb (avec deux T). Il fait partie pour moi désormais des immortels. Deux points communs me rapprochent de Marcel, le premier est que je suis né comme lui un 14 juillet et le second c’est que moi aussi j’ai eu comme professeur aux Arts Appliqués Georges Pichard (le créateur de Paulette). Il y en aurait peut-être d’autres mais par modestie je ne saurai les exprimer ici dans cet hommage. Au-delà de l’artiste dessinateur il faut saluer le virtuose de l’humour et de l’autodérision. Combien de destins eurent été différents si Gotlib n’avait pas existé? Créateur de Gai-Luron (frère européen de Droopy à sa sauce), de Super-Dupont, des dingos Dossiers avec Goscinny, des rubriques à Brac, de l’Écho des Savanes avec Mandrika, de Fluide Glacial créé avec Alexis et Jacques Diament. Gotlib était « le » spécialiste du second degré dans sa forme la plus narrative. Il rigolait de tout même du rire et se foutait éperdument de la politique. Il adorait se moquer de la culture populaire. Il excellait dans ses parodies du Tarzan de Burne Hogarth et ses westerns spaghettis façon Sergio Leone figurent parmi ses morceaux d’anthologie ainsi que sa mise en scène de Isaac Newton qui découvre la loi de la gravitation universelle après qu’une pomme lui fut tombée sur le crâne est un classique. Le dessin qui m’a fait le plus rire je crois est l’explication qu’il a trouvée pour la fabrication des spaghettis… Pourtant sa petite enfance aurait pu lui faire connaitre un autre chemin, né sur la Butte Montmartre à 8 ans, son père en 1942 se fait rafler sous ses yeux, par la police française. Interné à Drancy, Ervin Gottlieb sera déporté en camp de concentration en Allemagne où il mourra trois mois avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Marcel attendra un demi-siècle avant d’évoquer cet épisode tragique de sa vie dans une autobiographie, « J’existe, je me suis rencontré » (Flammarion, 1993). Tous les dessinateurs qui partent se font tuer par le pire des terroristes… la mort!

    Gotlib

     

    0 commentaire Catégories : Art et culture, presse
  • François Hollande est prêt à peser dans la bataille de 2017 pour la France

    Deux jours après avoir dit qu’il renonçait à briguer un deuxième mandat présidentiel, François Hollande est en déplacement aux Émirats Arabes Unis. Libéré du poids de sa propre candidature et il est prêt à peser dans la bataille - institutionnel et politique - qui se présente à lui, mais pas pour lui, pour la France. Devant une foule massée devant le Centre d’Art de culture d’Abou Dhabi il a commencé à envoyer un message fort au candidat de la droite radicale et réactionnaire François Fillon concernant  son projet de coupe draconienne dans les effectifs de la fonction publique: «quand il n’y a plus de fonctionnaires, il n’y a plus d’État et quand il n’y a plus d’État, il n’y a plus de France, il faut en prendre conscience» a-t-il déclaré sèchement. Libéré de la parole politique partisane François Hollande fait ce qu’il sait faire de mieux, de la politique. Il a choisi de ne pas se placer pour l’intérêt d’un seul candidat ou d’un seul parti mais surtout pour l’intérêt des Français avec toutes ses différences et ses contradictions. Alors qu’il nous avait habitué à recevoir des trombes d’eau, il a même réussi a faire changer d’avis la météo, c’est fort non?  « Il est libre Marx, y en a même qui l’on vu voler »…

    FRANÇOIS HOLLANDE

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, Hollande, International, la France, moi président je, moyen-orient, politique, Un président normal
  • Le président s’est exprimé hier soir sans détour à la télévision il ne se présentera pas à la présidentielle de 2017

     

    Voilà c’est fait, hier soir à 20 heures François Hollande à la surprise générale a créé un événement qui rentrera dans l’histoire de la télévision. Nous allions enfin savoir ce que le président de la République avait à nous dire, fini de tourner autour du pot, il s’était enfin décidé à nous révéler s’il se lancerait ou non dans la course à la présidentielle de 2017. Nous les français qui avons vécu et partagé avec lui les événements de Charlie Hebdo, de l’Hyper casher, du Bataclan, de Nice et de tous ces autres actes terroristes de pure barbarie qui ont sacrifié des innocents au nom de l’islamisme radical pendant sa mandature. Quatorze millions de téléspectateurs ont regardé cette allocution et écouté ses mots. Le président qui voulait s’exprimer sans détour en face à face avec les Français a commencé tout d’abord à passer en revue avec abnégation et courage son bilan qu’il a décrit comme bon, admettant même au passage que la déchéance de nationalité avait été une mauvaise piste et qu’il la regrettait. Un homme de droite au même poste avec les mêmes mots avec les mêmes arguments, aurait sans aucun doute conclu : « c’est pour cela que j’ai décidé d’y aller… Et bien pour François Hollande c’est non, il n’ira pas, les conditions pour lui ne sont pas réunies pour rassembler. C’est à se moment précis qu’en une fraction de seconde avec honnêteté il a réussi à défier la loi de la relativité, en préférant faire le choix du rassemblement des Français plutôt que celui de sa propre victoire politique et de sa reconduction… On se plaint bien trop souvent que les hommes politiques sont malhonnêtes François Hollande nous en a montré une autre facette… Moment historique donc en direct qui a mis les Français face à leur propre destiné, à savoir : choisir désormais entre la pire ou le moins pire ou se décider enfin pour un vrai rassemblement… d'ores et déjà tous les regards sont tournés vers Manuels Valls, va-t-il reprendre la relève? Aux dernières nouvelles il semblerait que cela soit fort possible mais il n’a rien dit pour l’instant…

    Valls

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, Hollande, la France, moi président je, politique
  • l’une des mesures les plus controversées de la « loi Travail » entre en vigueur aujourd’hui

    C’est aujourd’hui jeudi 1er décembre que l’une des mesures les plus controversées de la « loi Travail » entre en vigueur (merci qui?). À compter de ce jour, la loi protège les employeurs lorsqu’ils licencient des salariés selon deux nouveaux motifs : une réorganisation de l’entreprise nécessaire à sa compétitivité et une baisse de commandes ou de son chiffre d’affaires sur une durée définie en fonction de sa taille. En gros cette nouvelle disposition désormais légale vise à faciliter le licenciement économique et à désengorger les tribunaux prud’homaux de dossiers litigieux justement ralentis principalement à cause de ce type de cas. L’objectif annoncé au ministère du travail est de faciliter la reprise de l’activité avec des embauches en CDI au détriment des contrats précaires. Doux euphémisme qui ne tient pas puisque avec une loi aussi permissive au licenciement économique l’entreprise considérera tout simplement que le CDI signé n’a aucune valeur contractuelle. Pire, si on écoute la droite la plus radicale qui se présente à notre porte son souhait sera d'aller encore plus loin et d’offrir aux entreprises une flexibilité extrême aussi bien dans la forme que dans le fond voire dans le fion… Vu l’activité en dents de scie actuellement il sera aisé par exemple pour un patron dont le groupe englobe plusieurs entités de rééquilibrer ses comptes de charges salariales en prétextant la conjoncture économique difficile (on va tous pleurer aux îles Caïmans!). Cette loi va donc naturellement faciliter les licenciements à un coût bien moindre qu’avant donc aucunement dissuasive et prévisible pour toute entreprise qui décidera de mettre son plan de licenciements en marche (comme dirait E. Macron). En 2017, François Fillon peut faire mieux et plus fort que François Hollande mais là le niveau est déjà très haut, ça sera difficile…

    licenciement, loi travail

     

    0 commentaire Catégories : emploi, Hollande, Justice, moi président je, politique, Réformes, syndicalisme, Un président normal
  • François Hollande ne se rendra pas aux funérailles du dictateur cubain Fidel Castro

    C’est désormais officiel François Hollande ne se rendra pas aux funérailles du dictateur cubain Fidel Castro à La Havane, il se fera représenter par Ségolène Royal son ex-épouse qui a accepté d’aller au charbon à sa place. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault ne pourra pas y être présent non plus puisqu'il sera en déplacement à Minsk (Biélorussie). Depuis l’annonce de la mort du dictateur Cubain de nombreux Cubains défilent avec de fausses larmes devant les vraies ou fausses cendres « d’El Comandante » (on ne le saura jamais). Cet homme emblématique qui a tenu d’une main de fer et cigare aux lèvres son île, a laissé pourtant sa population vivre dans une misère ultime. Sans liberté de presse, bafouent les droits de l'homme, instaurant  un parti unique, entretenant la culture de la délation à chaque coin de rue, Fidel Castro a systématiquement éliminé toute figure qui se voulait réformiste rendant analphabète tout esprit d’auto-critique et d’analyse. Avec un système social (médecine-logements) gratuit, le bilan politique et économique de Fidel Castro est globalement désastreux. C’est peut-être par goût du consensus et par habileté politique (alors que toute la gauche est pendue à son courage politique de se présenter ou non à la primaire de la gauche) que François Hollande a préféré envoyer voir Fidel celle avec laquelle il ne l’a pas forcément toujours été…Fidel castro, Hollande, Ségolène

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, Hollande, International, moi président je, Un président normal
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu