Avertir le modérateur

antisémitisme

  • inéligibilité des personnes condamnées pour racisme, antisémitisme, négationnisme ou homophobie

    Les députés ont voté hier un amendement REM à l’article 1 du projet de loi ordinaire de « confiance dans la vie publique » prévoyant une « peine complémentaire obligatoire d’inéligibilité » en cas de manquement à la probité. Dans un communiqué, la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) a salué « une avancée historique dans la lutte contre le racisme » puisque qu’au-delà de la probité financière, d’autres délits ont été inclus, comme l’homophobie, l’antisémitisme et le racisme. Du sur-mesure pour le gus M'Bala M'Bala…

    Dieudonné

     

    0 commentaire Catégories : antisémitisme, Justice, racisme, Réformes
  • A Jérusalem-Est la situation est explosive sur l’esplanade qui surplombe le mur des lamentations

    Face au terrorisme faut-il céder à la panique? En 2015 après les attentats de Paris Ségolène Royal alors Ministre de tutelle des transports préconisait des portiques de sécurité dans les gares TGV. Tout le monde avait fait oui de la tête. Aujourd’hui c’est à Jérusalem Est que la situation est rendue explosive sur l’esplanade qui surplombe le mur des lamentations où plusieurs crimes ont été perpétré. Mais c'est Israël et tout le monde fait non de la tête. Pourtant, le 14 juillet trois Israéliens arabes ont tué deux policiers israéliens à l’extérieur en utilisant des armes à feu qu’ils avaient introduites clandestinement dans le site au préalable. Des portiques de détecteurs de métaux ont donc été installés logiquement par les israéliens. Les fidèles musulmans ont refusé de les franchir estimant que c’était une brimade supplémentaire de plus à leur cause de martyrisés et les affrontements avec la police se sont intensifiés chaque jour depuis. Trois Palestiniens ont été tués vendredi du fait de leurs agissements terroristes l’un d’eux s’est tué tout seul, il s’est fait exploser avec son cocktail molotov qu’il tenait en main. Ce vendredi soir, un autre terroriste palestinien de 19 ans a fait trois kilomètres à pieds pour poignarder trois Israéliens qui étaient assis tranquillement à leur table pendant le repas de Shabbat situé dans une implantation de Halamish en Judée Samarie. Dans un communiqué le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas au lieu de condamner cet acte de pure barbarie, a déclaré que la « campagne pour Jérusalem a commencé efficacement et ira jusqu’à la victoire palestinienne et la libération des lieux saints de l’occupation israélienne ». Il avait déclaré auparavant le « gel des contacts » avec Israël… Alors que le "statu quo" est toujours en vigueur sur l’esplanade, le président de l’AP a assuré que l’AP financerait tous les coûts liés au traitement des blessés des affrontements de vendredi. « Nous allons dépenser 25 millions de dollars pour soutenir les Palestiniens de Jérusalem », a-t-il déclaré. Une opportunité dans le feu de l’action pour appeler le Hamas à se rallier à la cause du mont du Temple et à se réconcilier avec son propre parti, le Fatah. Le gouvernement israélien semble pas mal dépassé voulant d’abord comprendre avant d’agir. Comme si les récents messages extérieurs envoyés par l’Unesco sous forme de résolutions et validés par nombre d’Etats qui disent vouloir la paix n’étaient pas précurseurs d’un prochain embrasement.  Une première résolution sur la non-reconnaissance de la judaïté de Jérusalem-Est puis sur le nom de l’esplanade appelé désormais esplanade des Mosquées ne faisant plus référence aux Temples juifs reconstruits par deux fois. Une deuxième sur la non- reconnaissance du lien historique entre Jérusalem et les juifs. Une troisième qui déclare les propriétés palestiniennes de la vieille ville d’Hébron classées « menacées de destruction ou de dégradation par Israël ». Une quatrième qui classe le tombeau des Patriarches à Hébron comme « site palestinien » aucun juif ne peut légitimer ce patrimoine comme faisant partie de son histoire. Il était prévisible que ces signaux forts donnent des ailes aux Palestiniens arabes un peu comme ce crime odieux commis à Paris de Sarah Halimi née Attal et non qualifié crime antisémite par la justice française. N’était-il pas un crime antisémite sans nom, alors que l’assassin l’avait insulté plusieurs fois de « sale juive »? Autant de curseurs qui mis bout à bout devraient posés les vrais questions de la légitimité des juifs à seulement exister où qu’ils soient. Exactement la définition de l’antisémitisme. L’Egypte la Suède et la France ont demandé une réunion d’urgence à l’ONU qui aura lieu ce lundi pour surement prendre fait et cause et distribuer les bon points alors qu’ils sont responsables de cette situation. Bien sûr de face ils diront tous combattre contre le terrorisme et pourtant ils lui permettent d’exister de survoler même tous les obstacles. Il est normal dans ces conditions qu’en France certaines personnalités politiques Jean-Luc Mélenchon en tête refusent de reconnaitre la responsabilité de la France dans la rafle du Vel-D’Hiv du 16 et 17 juillet 1942. Jusqu’où iront-ils dans l’absurde et l’innommable dans l’inversement systématique des rôles et dans la description erronée de la vérité ? 

    Jerusalem, portiques

    0 commentaire Catégories : antisémitisme, International
  • Emmanuel Macron a invité hier Benjamin Netanyahu le premier ministre israélien à participer à la 75 ème cérémonie de la rafle du Veld’hiv

    Hier on a tous commémoré la cérémonie marquant le 75e anniversaire de la rafle du Vel d’HIV, le président de la République Emmanuel Macron qui avait invité Benjamin Netanyahou le Premier ministre israélien  à participer à cette cérémonie a tenu à souligner que la rafle "fut l'oeuvre de la police française, pas un seul Allemand n'y prêta la main »[…] « Oui, je le redis ici, c'est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation et donc, pour presque tous, la mort des 13.152 personnes de confession juive arrachées les 16 et 17 juillet à leur domicile"[…] "Un jour, parce qu'on s'est tu, parce qu'on n'a pas voulu voir, le passage à l'acte intervient. Alors ce qui n'était chez les uns que de la haine formulée différemment, et chez les autres une forme de lâcheté » […] « ça devient des vies fauchées et des gestes qui tuent »[…] « Nous ne cèderons rien à l'antisionisme car il est la forme réinventée de l'antisémitisme", a-t-il ajouté d’un ton ferme et sans équivoque. Mais dans les faits il est regrettable que des crimes antisémites commis il y a peu comme l’assassinat de Sarah Halimi (qui a été défenestré en plein Paris) fassent encore l’objet de tergiversations sur leurs caractères et leurs qualificatifs avérés ou non antisémites de part de la justice française. Pendant ce temps-là la honteuse posture antisioniste qui alimente la haine du juif était elle fidèle au rendez-vous…

    Vel d'HIV, Macron

    0 commentaire Catégories : antisémitisme, la France, Macron
  • Simone Veil née Jacob nous a quitté à l’âge de 89 ans

    Hier on a appris le décès d’une femme d’exception, une femme de tous les combats, ancienne magistrate, ministre de la Santé et académicienne Simone Veil née Jacob nous a quitté à l’âge de 89 ans. Jamais je n'aurai imaginer faire un dessin sur elle. En 2010 l’écrivain et académicien Jean d'Ormesson a eu ces mots : « J’avais eu l'honneur de la recevoir à l'Académie française au fauteuil de Racine, et j'avais évidemment évoqué les grandes époques de sa vie, c'est-à-dire d'abord la déportation, son témoignage sur la déportation, et ensuite la loi sur l'avortement qui avait été un combat incroyable. Elle a été abreuvée d'insultes. Je me rappelle des scènes où elle pleurait à la Chambre. Aujourd'hui, l’unanimité s'est faite sur son projet. C'est une femme qui aura marqué notre époque". Les hommages sonnent à l'unisson et tout le monde s’accorde à demander des obsèques nationales et une entrée de Simone Veil au Panthéon. Matricule 78651, ce numéro indélébile est resté marqué sur son bras gauche jusqu’à la fin de sa vie, Simone Veil né Jacob faisait partie d’une famille juive. " De cet héritage, il ne m’est pas possible de dissocier le souvenir sans cesse présent, obsédant même, des six millions de juifs exterminés pour la seule raison qu’ils étaient juifs. Six millions dont furent mes parents, mon frère et nombre de mes proches. Je ne peux me séparer d’eux. Cela suffit pour que jusqu’à ma mort, ma judéité soit imprescriptible ". En mars 1944, en plein centre-ville de Nice, Simone Jacob alors âgée de 16 ans (qui se faisait appeler Simone Jacquier) se fait arrêter dans les rues de Nice par deux Allemands en civil. C’est le début du cauchemar, elle sera transférée en avril 1944 avec sa famille vers les camps nazis de la mort : Auschwitz-Birkenau, Bobrek et Bergen-Belsen, elle y survécu mais perdit une grande partie de sa famille. Elle su se relever encore plus forte pour mener le combat qui sera le combat de toute sa vie. Nommée ministre de la santé en 1974 dans le gouvernement de Jacques Chirac, elle fera voter le premier projet de loi reconnaissant, en France, le droit à l’avortement pour les femmes. Cette femme qui a échappé de justesse à la mort dans les camps nazi a oeuvré de toutes ses forces pour que les femmes puissent choisir de donner la vie. « Personne n’a jamais contesté que l’avortement soit un échec quand il n’est pas un drame. Mais nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les 300 000 avortements qui, chaque année, mutilent les femmes de ce pays, humilient ou traumatisent celles qui y ont recours… ». Pendant la guerre si elle avait été de l’autre côté elle aurait surement été une Juste permis les Justes, ce qu’elle fut en définitive. Et comme par hasard hier on apprenait également que Marine Le Pen avec tout le symbole politique que cela représente a été mise en examen pour "abus de confiance" et "complicité d'abus de confiance" dans l'enquête sur les assistants parlementaires d'eurodéputés FN. Simone peut partir tranquille, il ne reste plus qu’à faire Kaddish* …

    Simone Veil

    0 commentaire Catégories : antisémitisme, Justice, la France, le parti de la haine, People, politique, racisme, Santé
  • Au parlement, qui veut sauver le soldat Manuel Valls?

    Qui mieux qu’un ancien exclu peut venir en aide à un nouveau exclu?  Olivier Falorni, le maire socialiste de La Rochelle et député de la 1re circonscription de la Charente-Maritime. Rappelez-vous en 2012 lors des législatives, alors qu’il entrait en dissidence du parti socialiste et qu’il l’emportait largement devant Ségolène Royal (parachutée elle à la Rochelle) et bien c’est lui aujourd’hui qui tente de monter un 8 ème groupe à l’Assemblée nationale pour sauver le soldat Manu. Personne ne veut siéger dans le même groupe parlementaire que l’ex-Premier ministre. Officiellement on reproche à Valls l’utilisation du 49.3 pour avoir fait passer la loi travail, la même qui va être remaniée en bien pire durant cet été par l’équipe Macron et votée par ordonnances (ce qui est quasi la même chose), mais ça c’est la partie visible, la partie proprette. Descendons d’un cran… En 2016 lorsqu’un autre condor de la politique Roland Dumas, ancien président du Conseil constitutionnel fidèle Mitterrandiste affirmait que Manuel Valls était sous l'influence de sa femme… "Sous prétexte que je défends les Arabes contre les Israéliens, il m'a agressé un jour alors que je le connais à peine. [...] Chacun sait qu’il est marié avec quelqu'un.... quelqu'un de très bien, je dirais, qui a de l’influence sur lui", Roland Dumas témoignait au micro de Jean-Jacques Bourdin concernant la femme de Manuel Valls, la violoniste Anne Gravoin, de confession juive. Descendons d’un étage, le trop fameux diner du CRIF de 2016. François Hollande n’avait pu y assister laissant à Manuel Valls la lecture du discours officiel à sa place. Manuel Valls  en avait profité pour y glisser deux trois trucs perso… Appelant un chat un chat, faisant référence dans cette période marquée de son mandat par les attentats au  «terrorisme islamiste». L’occasion était trop belle pour faire une mise au point sévère sur «l'antisémitisme de l'extrême gauche» et aussi celui de «l'extrême droite», «l'antisémitisme des beaux quartiers et celui des quartiers populaires». Manuel Valls signait alors son arrêt de mort en affirmant :« Il y a l'antisémitisme et il y a l'antisionisme, c'est-à-dire tout simplement le synonyme de l'antisémitisme et de la haine d'Israël ». Le lendemain la gauche radicale (aujourd’hui FI), le PCF, les écologistes et même le Parti socialiste qui ont fait de la dénonciation d'Israël (étant considéré comme le principal responsable des maux du monde entier) l’un de leurs marqueurs en matière de politique internationale, tous tiraient alors unanimement à boulets rouges sur Manuel Valls. Pas étonnant de voir que sa récente élection dans la première circonscription de l'Essonne  (malgré le soutient de Dieudonné à la candidate FI) soit pour ses opposants actuels un revers à travers ce symbole fort bien au de là de la simple posture du 49,3. La simple tape dans le dos de ses pseudos amis d'hier n'y suffira pas, Manuel Valls le paye cash aujourd'hui et ça fait mal. En même temps c'est normal, qui détient les banques? Les grandes sociétés? Qui dirige le monde?

    Valls

    0 commentaire Catégories : antisémitisme, legislative 2017, politique, propagande, PS
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu