Avertir le modérateur

Un parking brûle pendant 3 heures dans un immeuble résidentiel à Colombes en pleine nuit…

C’est parce qu’à juste titre les sans-abris ne savent où aller qu’ils errent tout le temps. Aucune loi, aucun arrêté ne leur fera changer de statut du jour au lendemain. Pourquoi? Tout simplement parce qu’ils ne peuvent se mettre en conformité avec eux-mêmes en premier lieu. Dans ces conditions comment voulez-vous qu’ils se mettent en conformité avec les autres, avec la loi des autres? Eux le savent bien, à partir du moment qu’ils sont considérés comme des exclus ils seront aussi  dans leur tête de futurs exclus. Exclus pour des raisons diverses, ces mêmes raisons qui justifient leur fuite vers le néant et le vagabondage. Bien souvent ce n’est pas par choix délibéré qu’ils en sont arrivés là c’est simplement par une succession de brimades. Cassés par leur famille, cassés par le travail, cassés par les organismes censés les aider, cassés parce qu’ils n’ont pas le bon prénom au bon moment, cassés parce que le délit de faciès n’est pas réprimé en France, cassés par l’image dégradante qu’ils donnent d’eux-mêmes et surtout cassés par leur parcours personnel de vie auquel ils n’arrivent plus à trouver d’issues… Vivre dans ces conditions non loin des tours de la Défense peut faire rêver car c’est là ou des millards d’euros de multinationales s’échangent tous les jours mais c’est aussi le rendez-vous des vagabonds, jeunes ou vieux. ça démarre bien souvent par des rassemblements informels dans le hall de cités, puis l’appel du dehors devient un rituel, ils s’échappent de leur ghetto font un mauvais coup, se planquent puis c’est la cavale ils rentrent alors dans la grande famille des rejetés. C’est à Colombes, une ville de la proche banlieue parisienne que la maire LR Madame Nicole Goueta a signé un arrêté couvre-feu « sur la circulation des mineurs de moins de 16 ans ». Cet arrêté concerne un quartier bien précis de la ville, le Petit-Colombes. C’est un quartier gangrené par le trafic de cannabis et la délinquance. On force le trait, on bombe le torse et au final on voudrait faire peur aux petites frappes de moins de 16 ans avec une amende de 38 €, tout ça parce qu’ils représentent une menace pour la sécurité publique. Cet arrêté ciblera bien plus large qu’il n’y parait. Madame le Maire voudrait sensibiliser ainsi l’autorité parentale (qui n’existe plus depuis bien longtemps) avec une amende à 38 €? A qui veut-elle faire croire que c’est dissuasif? Elle souhaite vaincre le mal à la racine mais surtout faire croire à son électorat qu’elle fait quelque chose face à un problème qu’elle ne comprend manifestement pas. Elle souhaite montrer ainsi qu’elle refuse de traiter de manière sociale un problème social, car ça serait montrer une faiblesse et ça serait être surtout à l’opposé d’une politique du chacun chez soi vénérée par la droite radicale messianique. Malheureusement les faits lui donnent tord, dans la nuit du jeudi 8 décembre le même soir où l’arrêté passait dans sa phase de validation administrative en préfecture un immeuble résidentiel (dans le quartier ciblé par le dit arrêté) a vu son parking prendre feu pendant presque 3 heures. Plus de 10 motos et 1 voiture sont calcinées rendant ainsi les parties communes de l’immeuble irrespirables, plusieurs familles sont déplacées. Preuve que d’une certaine manière le dit « arrêté » a fait bouger les lignes… Mais quelle leçon tirer de cet épisode désolant et dramatique? Madame Nicole Goueta, maire de Colombes: on éteint pas le feu avec de l’essence…

Colombes, Nicole Gouéta


 

0 commentaire Catégories : faits divers, politique, Société

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu