Avertir le modérateur

Jean-Luc Mélenchon le candidat du peuple et de la France insoumise vole au secours du Front national


Jean-Luc Mélenchon on le sait vise le pouvoir avant tout. Le candidat du rassemblement de la gauche soutenu par le PCF et de la France insoumise était hier invité de BFMTV, il a fait le point sur le financement de sa propre campagne. Il a confirmé avoir récolté 8 millions d'euros auprès de deux banques coopératives. La situation du Front national face aux banques l'inquiète et il l’a trouve «injuste» (la candidate FN a affirmé qu’il lui manquait encore six millions d’euros pour financer sa campagne). Jean-Luc Mélenchon se justifie : «ou bien le Front national est interdit comme un parti dangereux pour la démocratie, ou bien c'est un parti qui a des élus (...) comme les autres, et, dans ce cas, il n'y a pas de raison pour un banquier de faire de l'ostracisme». Mais il est où le Jean-Luc Mélenchon qui en mars 2014, dans un débat porté devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, avait pourtant défendu l'emploi de l'adjectif «fasciste» à l'égard du Front national? Pourquoi tient-il tant à ce que le FN soit dédiabolisé et devienne crédible politiquement? La réponse semble évidente : pour être sûr de finir au deuxième tour face à Marine Le Pen car face à une droite décomplexée ses chances sont minces bien évidemment… Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont souvent les mêmes mots : le « peuple », les « élites », la contestation de « Bruxelles », « l’Europe », « Schengen » etc. 
Ce sont autant de thèmes qui nourrissent leur discours alors normal qu’ils convoitent le même électorat. Du côté du FN on est assez sceptique (c’est un euphémisme) « on voit que les banques préfèrent Jean-Luc Mélenchon à Marine le Pen »… « il est temps que toute la classe politique aille vers cette loi que l'on réclame pour obliger un établissement bancaire français à financer les candidats à la présidentielle » confit Florian Philippot le second du FN qui monte… En effet quelle belle hypocrisie! Avec des prédictions de sondages de près de 25% pour la candidate Marine le Pen dès le premier tour de la présidentielle 2017 il ne faut pas être extralucide ou s’appeler Jean-Luc Mélenchon pour essayer de tout faire déstabiliser la candidate FN et son électorat en lui faisant croire qu’on peut leur tendre la main…

Jean-Luc Mélenchon, Le Pen

0 commentaire Catégories : campagne 2017, le parti de la haine, politique

Écrire un commentaire

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu