Avertir le modérateur

l’usine Whirlpool d’Amiens est venu s’inviter dans la campagne de l’entre-deux-tours.

Hier la fermeture de l’usine Whirlpool d’Amiens s'est invitée dans la campagne de l’entre-deux-tours. Alors qu’Emmanuel Macron (En marche !) s’entretenait avec une délégation de représentants des salariés à la chambre de commerce de la Somme, Marine Le Pen (Front national) a effectué une visite surprise sur le site de l’usine pour faire quelques selfies avec les ouvriers du site. Un peu plus de 600 emplois sont menacés à cause d’une délocalisation programmée en Pologne, à Lodz, dans une usine où 2 200 salariés fabriquent déjà des réfrigérateurs et des cuisinières pour toute l’Europe. Ceci  entraînera la suppression des postes de 290 salariés, auxquels s’ajoutent 250 intérimaires du sous-traitant Prima. Avec un salaire moyen en Pologne d’un peu plus de 500 € ni Marine Le Pen ni Emmanuel Macron ne sont prêt à proposer des solutions viables à la reprise du travail chez Whirlpool France cependant  un plan de « revitalisation économique » de 220 millions d’euros a été programmé par le gouvernement pour Amiens ainsi que le financement de « neuf cents formations supplémentaires dans les métiers de la santé, des énergies renouvelables ou du numérique » de quoi faire pencher le vote de ceux qui ne ressentent que colère et amertume pour le 7 mai prochain.

Whirlpool

0 commentaire Catégories : campagne 2017, politique, syndicalisme

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu