Avertir le modérateur

Au parlement, qui veut sauver le soldat Manuel Valls?

Qui mieux qu’un ancien exclu peut venir en aide à un nouveau exclu?  Olivier Falorni, le maire socialiste de La Rochelle et député de la 1re circonscription de la Charente-Maritime. Rappelez-vous en 2012 lors des législatives, alors qu’il entrait en dissidence du parti socialiste et qu’il l’emportait largement devant Ségolène Royal (parachutée elle à la Rochelle) et bien c’est lui aujourd’hui qui tente de monter un 8 ème groupe à l’Assemblée nationale pour sauver le soldat Manu. Personne ne veut siéger dans le même groupe parlementaire que l’ex-Premier ministre. Officiellement on reproche à Valls l’utilisation du 49.3 pour avoir fait passer la loi travail, la même qui va être remaniée en bien pire durant cet été par l’équipe Macron et votée par ordonnances (ce qui est quasi la même chose), mais ça c’est la partie visible, la partie proprette. Descendons d’un cran… En 2016 lorsqu’un autre condor de la politique Roland Dumas, ancien président du Conseil constitutionnel fidèle Mitterrandiste affirmait que Manuel Valls était sous l'influence de sa femme… "Sous prétexte que je défends les Arabes contre les Israéliens, il m'a agressé un jour alors que je le connais à peine. [...] Chacun sait qu’il est marié avec quelqu'un.... quelqu'un de très bien, je dirais, qui a de l’influence sur lui", Roland Dumas témoignait au micro de Jean-Jacques Bourdin concernant la femme de Manuel Valls, la violoniste Anne Gravoin, de confession juive. Descendons d’un étage, le trop fameux diner du CRIF de 2016. François Hollande n’avait pu y assister laissant à Manuel Valls la lecture du discours officiel à sa place. Manuel Valls  en avait profité pour y glisser deux trois trucs perso… Appelant un chat un chat, faisant référence dans cette période marquée de son mandat par les attentats au  «terrorisme islamiste». L’occasion était trop belle pour faire une mise au point sévère sur «l'antisémitisme de l'extrême gauche» et aussi celui de «l'extrême droite», «l'antisémitisme des beaux quartiers et celui des quartiers populaires». Manuel Valls signait alors son arrêt de mort en affirmant :« Il y a l'antisémitisme et il y a l'antisionisme, c'est-à-dire tout simplement le synonyme de l'antisémitisme et de la haine d'Israël ». Le lendemain la gauche radicale (aujourd’hui FI), le PCF, les écologistes et même le Parti socialiste qui ont fait de la dénonciation d'Israël (étant considéré comme le principal responsable des maux du monde entier) l’un de leurs marqueurs en matière de politique internationale, tous tiraient alors unanimement à boulets rouges sur Manuel Valls. Pas étonnant de voir que sa récente élection dans la première circonscription de l'Essonne  (malgré le soutient de Dieudonné à la candidate FI) soit pour ses opposants actuels un revers à travers ce symbole fort bien au de là de la simple posture du 49,3. La simple tape dans le dos de ses pseudos amis d'hier n'y suffira pas, Manuel Valls le paye cash aujourd'hui et ça fait mal. En même temps c'est normal, qui détient les banques? Les grandes sociétés? Qui dirige le monde?

Valls

0 commentaire Catégories : antisémitisme, legislative 2017, politique, propagande, PS

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu