Avertir le modérateur

  • A Jérusalem-Est la situation est explosive sur l’esplanade qui surplombe le mur des lamentations

    Face au terrorisme faut-il céder à la panique? En 2015 après les attentats de Paris Ségolène Royal alors Ministre de tutelle des transports préconisait des portiques de sécurité dans les gares TGV. Tout le monde avait fait oui de la tête. Aujourd’hui c’est à Jérusalem Est que la situation est rendue explosive sur l’esplanade qui surplombe le mur des lamentations où plusieurs crimes ont été perpétré. Mais c'est Israël et tout le monde fait non de la tête. Pourtant, le 14 juillet trois Israéliens arabes ont tué deux policiers israéliens à l’extérieur en utilisant des armes à feu qu’ils avaient introduites clandestinement dans le site au préalable. Des portiques de détecteurs de métaux ont donc été installés logiquement par les israéliens. Les fidèles musulmans ont refusé de les franchir estimant que c’était une brimade supplémentaire de plus à leur cause de martyrisés et les affrontements avec la police se sont intensifiés chaque jour depuis. Trois Palestiniens ont été tués vendredi du fait de leurs agissements terroristes l’un d’eux s’est tué tout seul, il s’est fait exploser avec son cocktail molotov qu’il tenait en main. Ce vendredi soir, un autre terroriste palestinien de 19 ans a fait trois kilomètres à pieds pour poignarder trois Israéliens qui étaient assis tranquillement à leur table pendant le repas de Shabbat situé dans une implantation de Halamish en Judée Samarie. Dans un communiqué le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas au lieu de condamner cet acte de pure barbarie, a déclaré que la « campagne pour Jérusalem a commencé efficacement et ira jusqu’à la victoire palestinienne et la libération des lieux saints de l’occupation israélienne ». Il avait déclaré auparavant le « gel des contacts » avec Israël… Alors que le "statu quo" est toujours en vigueur sur l’esplanade, le président de l’AP a assuré que l’AP financerait tous les coûts liés au traitement des blessés des affrontements de vendredi. « Nous allons dépenser 25 millions de dollars pour soutenir les Palestiniens de Jérusalem », a-t-il déclaré. Une opportunité dans le feu de l’action pour appeler le Hamas à se rallier à la cause du mont du Temple et à se réconcilier avec son propre parti, le Fatah. Le gouvernement israélien semble pas mal dépassé voulant d’abord comprendre avant d’agir. Comme si les récents messages extérieurs envoyés par l’Unesco sous forme de résolutions et validés par nombre d’Etats qui disent vouloir la paix n’étaient pas précurseurs d’un prochain embrasement.  Une première résolution sur la non-reconnaissance de la judaïté de Jérusalem-Est puis sur le nom de l’esplanade appelé désormais esplanade des Mosquées ne faisant plus référence aux Temples juifs reconstruits par deux fois. Une deuxième sur la non- reconnaissance du lien historique entre Jérusalem et les juifs. Une troisième qui déclare les propriétés palestiniennes de la vieille ville d’Hébron classées « menacées de destruction ou de dégradation par Israël ». Une quatrième qui classe le tombeau des Patriarches à Hébron comme « site palestinien » aucun juif ne peut légitimer ce patrimoine comme faisant partie de son histoire. Il était prévisible que ces signaux forts donnent des ailes aux Palestiniens arabes un peu comme ce crime odieux commis à Paris de Sarah Halimi née Attal et non qualifié crime antisémite par la justice française. N’était-il pas un crime antisémite sans nom, alors que l’assassin l’avait insulté plusieurs fois de « sale juive »? Autant de curseurs qui mis bout à bout devraient posés les vrais questions de la légitimité des juifs à seulement exister où qu’ils soient. Exactement la définition de l’antisémitisme. L’Egypte la Suède et la France ont demandé une réunion d’urgence à l’ONU qui aura lieu ce lundi pour surement prendre fait et cause et distribuer les bon points alors qu’ils sont responsables de cette situation. Bien sûr de face ils diront tous combattre contre le terrorisme et pourtant ils lui permettent d’exister de survoler même tous les obstacles. Il est normal dans ces conditions qu’en France certaines personnalités politiques Jean-Luc Mélenchon en tête refusent de reconnaitre la responsabilité de la France dans la rafle du Vel-D’Hiv du 16 et 17 juillet 1942. Jusqu’où iront-ils dans l’absurde et l’innommable dans l’inversement systématique des rôles et dans la description erronée de la vérité ? 

    Jerusalem, portiques

    0 commentaire Catégories : antisémitisme, International
  • En espagne Pilar Abel qui assure être la fille de Salvador Dali fait exhumer son corps

    À Figueras en Espagne la situation est assez surréaliste et la dépouille du peintre Salvador Dali qui vient juste d’être exhumée l’était aussi. 28 ans après sa mort, le corps du  célèbre peintre espagnol  Salvador Dali refait surface. Celui qu’André Breton, le pape du mouvement surréaliste appelait « Avida Dollars » (surnom créé avec les lettres de son nom) est rattrapé par sa supposée progéniture… En effet Pilar Abel cartomancienne espagnole assure être sa fille elle a fait une demande de paternité qui a été accepté par la justice : «je veux juste connaître la vérité, et c'est tout». Comme sa supposée fille, il était fasciné par l'ADN et le tesseract, un hypercube en quatre dimensions. Il cherchait à créer une synthèse de l'iconographie chrétienne et d'images de désintégrations inspirées par la physique nucléaire. Il restait très attentif à toutes les évolutions de l’art et de la science. Il aimait expérimenter des procédés nouveaux ou innovants, la peinture par projection, l'holographie, les illusions d'optique, les calembours visuels, des trompe-l'œil, etc. Mégalomane confirmé  et avec un ego surdimensionné Salvador Dali aimait l’argent et forcément la publicité et c’était à chaque fois une performance et un régal pour les sens. Perrier, Alka Seltzer, Lanvin, le catalan aux moustaches frémissantes sublimait les marques,les produits et se sublimait lui-même. « La différence entre un fou et moi, c’est que moi je ne suis pas fou ! » disait-il. Et si cette exhumation était une oeuvre postmortem en soi commandée par Jésus-Christ faisant sa dernière pub pour la caravane du Tour de France qui exceptionnellement aurait fait un décrochage en pays Catalan?

    Pilar Abel, Salvador Dali

    0 commentaire Catégories : Art et culture, International, Justice, média
  • A Istres le chef de l’Etat tente d'apaiser la colère qui monte dans les rangs de l'armée…


    En attendant le traditionnel chassé-croisé des aoûtiens depuis le 14 juillet Emmanuel Macron est partout. Si la polémique sur le budget de l’armée qui a conduit à la démission mercredi du général Pierre de Villiers a fait couler beaucoup d’encre, elle aurait très bien pu tourner au désastre. C’est justement pour désamorcer la crise  qu'à Istres (Bouches-du-Rhône) Emmanuel Macron s'est rendu ce jeudi 20 juillet. Sur la base aérienne 125, l'un des maillons clefs de la dissuasion nucléaire le chef de l’État a tenté d'apaiser la colère qui monte dans les rangs de l'armée après l'annonce de nouvelles économies de 850 millions d'euros attendus pour cette année. Le Président s'est engagé à porter à 2% du PIB l'effort de défense d'ici à 2025, mais en attendant, des économies vont être ponctionnées aux budgets des armées cette année, dans un contexte de restrictions générales afin de tenir les engagements de la France vis-à-vis de ses partenaires européens. Il est également revenu sur la démission du général Pierre de Villiers et il a tenu à préciser : "nous méritons collectivement mieux qu'un tel débat ». C’est vrai ça, on mérite bien mieux que cela et inutile de préciser à tout bout de champs qui est le boss dans la maison France!

    chef, macron

    0 commentaire Catégories : défense, économie, Europe, Macron
  • Bruno Le Maire chez GM&S pendant que Pierre de Villiers le chef d'état-major des armées démissionne…

    Il aura fallu attendre la présidence de Emmanuel Macron pour voir un ancien candidat LR et aujourd’hui nommé ministre de l'Économie se déplacer sur un site industriel en plein conflit social et menacé de fermeture aller à la rencontre des salariés.  Bruno Le Maire est allé au charbon il  a fait cet exploit ce mercredi après-midi sur le site de l'équipementier automobile GM&S à La Souterraine, dans la Creuse. Il a assuré devant une centaine d'employés que "pas un seul salarié ne sera laissé de côté". Bruno Le Maire a garanti la "pérennité du site pour les cinq ans qui viennent ». On dirait du Arnaud Montebourg à la lettre !!! L’équipementier de PSA et Renault  s’est vu assurer de commandes à venir à hauteur de 22 millions d'euros. Le Tribunal de commerce de Poitiers a annoncé qu'il rendra sa décision lundi prochain 24 juillet. Dans la matinée on apprenait aussi que le frère cadet de Philippe, Pierre de Villiers le chef d'état-major des armées a fait volte-face. Il a présenté sa démission au Président qui l’a accepté, du jamais vu à ce niveau de l’État. Après une semaine de brouille pour avoir critiqué les restrictions budgétaires de la Défense du chef de l’État. Il y a quand même quelque chose d’assez indécent dans ce pays, alors que des centaines de familles dans la Creuse sont prises en otage par cette logique financière qu’imposent les grands groupes industriels automobiles pourtant subventionnés, l’industrie du canon et de l’armée ne veut faire aucun sacrifice, la solidarité s’arrêterait à entendre les gradés à la porte de la caserne. Emmanuel Macron avait fait dans un récent discours le rapprochement entre terrorisme et climat, on peut aller plus loin… L’industrie, la finance et la défense sont intimement liées…

    Bruno Lemaire

      

    0 commentaire Catégories : emploi, Macron, solidarité, syndicalisme
  • Jean-Luc Mélenchon le leader de la France insoumise sur tous les fronts…

    La récente « mise en garde » du Président de la République Emmanuel Macron adressée à Pierre de Villiers le chef d'état-major des armées n’a pas plu à Jean-Luc Mélenchon. Il a ironisé en parlant  « d’ivresse des sommets ». Sur son blog, dans un texte intitulé "Jupiter déraille" le leader de la France insoumise à l'Assemblée s'est attardé sur ce petit "recadrage" . Le député des Bouches-du-Rhône a jugé "préoccupants" les "signaux" envoyés par Emmanuel Macron et sa "méthode". Il a également fustigé l'annonce d'un "improbable plan de rapprochement militaire avec l'Allemagne". "On a déjà vendu la moitié de l'entreprise qui produit les chars Leclerc à une famille de milliardaires allemands", a-t-il dit. En plus de la loi travail 2 qui sera actée à la fin de l’été par ordonnance le 20 septembre « l’accord de libre-échange avec le Canada (CETA), va lui aussi dévaster le droit social", a-t-il poursuivi. "Donc, on a deux coups qui nous sont donnés, l'un par ordonnances, l'autre par un accord international, qui disloquent le droit social en France. Alors, les gens qui ne veulent pas se laisser tondre, leur devoir, c'est de manifester comme citoyen", a-t-il affirmé. Il  appelle à un grand rassemblement le 23 septembre même si les syndicats ont déjà appelé eux à descendre dans la rue le 12 contre la réforme du code du Travail. D’ici là gageons que le chef de file de la France insoumise arrive à repousser les attaques frontistes de la part de l'euro députée Sophie Montel qui l’accuse d’avoir employé plusieurs assistants parlementaires à des fonctions partisanes aux frais du Parlement européen. La rentrée s’annonce frontale…

    mélenchon

    0 commentaire Catégories : Europe, France insoumise, je, tu, il magouille, Justice, Macron, Réformes
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu