Avertir le modérateur

économie

  • Sur Internet une jeune mannequin a mis aux enchères sa virginité


    Léonarda l’a imaginé Alexandra l’a fait. Une jeune mannequin roumaine de 18 ans, a proposé sa virginité aux enchères sur un site d’une agence allemande d’escortes girls. Un «homme d’affaires de Hongkong» a remporté les enchères pour 2,3 millions d’euros. Alexandra Khefren de son vrai avoue : «J’y ai pensé la première fois à 15 ans quand j’ai vu le film Proposition indécente ». Elle sait comment elle va employer l’argent récolté : «Des études de marketing et de business à Oxford et une maison pour mes parents…» mais aussi elle confie à qui veut la croire qu’elle est un peu novice en la matière sur les risques sanitaires que cela peut impliquer «Je n’y ai pas pensé. Je ne sais rien sur les relations sexuelles.» D’ailleurs pour se rassurer elle affirme «qu’un homme prêt à dépenser autant d’argent est un homme bien» (on connaît des contres exemples). De plein pieds dans la nouvelle économie de marché mondial elle sait en tout qu’elle a obtenu bien plus qu’une levée de fonds et ça c’est bien mieux qu’une pilule de viagra…

    Alexandra Khefren

    0 commentaire Catégories : économie, International, Société
  • Le revenu universel, au centre de tous les débats, suscite interrogations et se heurte à un gros problème : le financement…

    Pour atteindre la cible des 18-25 ans le revenu universel y'a pas mieux mais ça sent la belle promesse de la belle alliance populaire. Benoît Hamon souhaite fixer son montant à terme à 750 euros. Manuel Valls son rival y est farouchement opposé: « il explique qu'il va répartir un revenu universel à chacun des Français, ça va se traduire par plus d'impôts et la ruine de notre budget » a-t-il dit. Cette idée se heurte à un gros problème : son financement. Alors que cela ne choque personne qu’un seul individu touche jusqu’à 1500 SMIC par an, le revenu universel (qui résoudrait en partie les problèmes liés à la pauvreté) est présenté pour l'instant comme utopique. Ce serait comme un gain obtenu à la roue de la fortune alors que tout le monde le sait dans cette course au toujours plus la fortune, c'est nous même…

    revenu universel

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, économie, politique, PS, solidarité
  • Sur Twitter Donald Trump tire plus vite que son ombre…

    Pour les experts de la banque américaine Goldman Sachs, Donald Trump le 45e président des États-Unis sera un homme politique très peu conventionnel voire même assez imprévisible. Auteur de près de 35 000 messages sur Twiteer depuis la création de son compte il a menacé récemment la célèbre firme Toyota de représailles douanières si le fabricant japonais ne renonçait pas à la construction d'une usine au Mexique. Effet immédiat sur l'action Toyota à la Bourse de New York qui a chuté. Autre exemple: le constructeur américain Ford a fini par annuler son projet d'usine au Mexique d'un montant de 1,6 milliard de dollars, il investira dans son usine du Michigan. Cela peut sembler impressionnant présenté comme cela mais en fait ces revirements soudains sont aussi la confirmation de décisions qui étaient déjà prises bien avant en conseil d’administration, les tweets de Donald Trump ne font qu’enfoncer le clou sur l’impact de la cotation de l’action en Bourse des sociétés concernées. On pourrait presque se demander si le milliardaire américain ne montre pas ses muscles à la Poutine pour obliger les grandes firmes à prendre des décisions rapidement avant son investiture prévue pour le 20 janvier. À ce propos une société Trigger Finance a créé une application « Trump Triggers » dont le but est de prévenir les actionnaires d’une notification afin de réagir au plus vite sur la stratégie à l'égard de l’entreprise mise en cause par le tweet menaçant du président. Toutes les entreprises américaines attendent l'investiture de Donald Trump pour connaître sa véritable politique économique avant de s'engager. Espérons qu’à partir du 20 janvier il ne faudra pas aussi s’équiper d’un cou-cou…

    Trump, Hillary Clinton

    0 commentaire Catégories : économie, finances, International
  • Le revenu universel est en marche

    L’idée de l'instauration d'un revenu universel fait de nouveau débat. Même si cette idée semble assez futuriste elle a  au moins une qualité : elle nous rassure. Nous ne voulons pas laisser comme héritage à nos enfants un avenir précaire. Cependant il existe encore de gros efforts politiques à faire pour y arriver et à mettre en place ce revenu universel. Le principe du revenu universel est simple : verser à chaque citoyen sans aucune condition préalable, une somme mensuelle fixe «cumulable» indépendamment de sa situation familiale et financière. Cette idée part d'un premier constat: les chiffres du chômage sont en stagnation constante et la pauvreté augmente. Avec des prévisions en dents de scie dans les années à venir le traitement du chômage est, et sera toujours un boulet pour l’économie française. Stagnation de l’économie = pas de croissance = chômage = pauvreté. Les responsables? On les connaît bien : robotisation, révolution numérique, ubérisation, dividendes énormes versés aux actionnaires des grandes sociétés, etc. En France comme ailleurs, on le sait, dans dix ans il n’y aura pas de travail pour tout le monde. Ne rien faire dès maintenant serait irresponsable et les conséquences seraient dramatiques car l’écart entre la grande pauvreté et les classes les plus aisées va se creuser. Les plus à droite rigolent mais ils ne savent pas que la branche sur laquelle ils sont assis va bientôt se casser d’elle-même. Car le système à force ne comptera pas assez d’actif en nombre pour faire fructifier les dividendes des multinationales et faire tourner l'économie. En versant aux citoyens de quoi subvenir à leurs besoins vitaux (logement, santé, alimentation) chaque individu aura le choix de travailler et de gagner plus ou soit occuper son temps comme il l’entend, en se consacrant à une ONG, une association, à une activité culturelle ou sportive ou encore à sa famille. Ainsi l'économie s'auto-régulera. Il faut se rendre à l’évidence: notre rapport au travail a totalement changer et va changer davantage. Presque tous les candidats à la primaire du PS s’intéressent au revenu universel mais pour l'instant de manière satellitaire. À droite seule NKM s’est dite intéressée dans le principe car en réalité elle veut une simple refonte de tous les minima sociaux. La droite et l’extrême droite ne se rendent pas encore bien compte du ravage cancérigène que représente le chômage de masse en France qui ne diminue pas. Et pourtant, il va bien falloir s’attaquer au problème de la pauvreté de millions de Français avec d’autres moyens que le RSA actuel dont 1/3 bénéficie en réalité. À gauche le traitement de la précarité est encore considéré bien en de ça de ce qu’il devrait être : Arnaud Montebourg veut simplement supprimer la CSG sur le SMIC, Vincent Peillon lui veut « un bouclier fiscal pour les plus modestes » supprimer la taxe d’habitation en dessous d’un certain revenu, Manuel Valls veut revoir les minima sociaux et promet une refonte globale de toutes les aides et une allocation d’au minimum 800 €, Benoît Hamon est le seul à y croire et à le mettre dans son programme avec un revenu universel à 600 €. Jean-luc Mélenchon a tranché pour lui c’est un système qui va maintenir la précarité alors qu’on le verrait plus en défenseur de cette autre voie qui permet de croire à d’autres valeurs de réussite que celles issues de la réussite « argent ». Pour fermer la marche Emmanuel Macron même s’il s’est dit intéressé, pour l’instant il fait tout son possible pour que les chauffeurs VTC d’UBER touchent au moins le Smic… Bref, c'est la misère et on est encore loin du compte…

    macron, revenu universel

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, économie, emploi, la France, politique
  • UBER, TAXI, VTC : réunion de crise au ministère des Transports ce lundi

    Alors que la ministre du Travail Myriam El Khomri vient de refuser le "coup de pouce" sur le Smic, le conflit entre les chauffeurs et les plateformes VTC s'enlise. Une réunion de crise de plus au ministère des Transports doit se tenir ce lundi. Les chauffeurs d'Uber (qui ont un statut d'indépendant alors qu’ils sont complètement subordonnés à la plateforme et aux offres de courses proposées, ce qui est considéré comme un salariat déguisé dans le droit du travail) dénoncent le fait de subir les politiques tarifaires de l'entreprise sans avoir été consultés. En effet, la société américaine implantée en France pour conquérir plus d’utilisateurs a décidé de baisser ses tarifs mais tout en augmentant sa marge sur les chauffeurs (pendant que E. MACRON est en campagne tout est possible). Pas cool pour les chauffeurs qui ne gagnent plus que 4 euros de l'heure désormais. Globalement, la concurrence a donc tiré les prix vers le bas, par exemple le chiffre d’affaires  des chauffeurs de taxis a baissé d'environ 20%. Il faut savoir donner pour recevoir c’est vrai mais quand c’est toujours les mêmes qui donnent on sait plus où donner de la tête…

    user, VTC

     

    0 commentaire Catégories : économie, syndicalisme, transport
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu