Avertir le modérateur

Justice

  • Marielle de Sarnez et François Bayrou décrochent du gouvernement

    S’il y en a un qui connaît bien la musique c’est lui. François Bayrou est un homme politique français qui a commencé en 1982 par jouer du Radong. C'est une petite trompette Tibétaine qui le rapprochait spirituellement de son maître à penser, Ghandi. Puis, il est élu conseiller général des Pyrénées-Atlantiques, il gravit vite les échelons et en 1993 même s' il reste passionné par les bols chantants, il accepte la nomination de ministre de l'éducation nationale sous le gouvernement de Edouard Balladur (excellent aux tambourins à base de : « vous ne m’aimez pas ? Je ne vous aime pas non plus! ») c'est là qu'il se met à la flute à bec, au départ c’est pour se faire remarquer mais il ne va plus la lâcher. En 2002, lors d'un meeting UDF alors qu’il avait surpris un enfant, dans les rues de Strasbourg, lui faire les poches, il décide de pratiquer un cours instant « la giflette » en bon père de famille, ça va de soit. On lui en a tenu longtemps rigueur. L’enfant devenu adulte a été condamné par la suite pour une autre affaire par le tribunal correctionnel de Strasbourg pour outrages et violences à quatre mois de prison ferme. Les années passent et il se présente à plusieurs élections présidentielles sans tambour ni trompette, il perd à chaque fois. Il faut attendre l’élection de Jupiter Macron qui le voit en Phébus et il le nomme ministre d'État, garde des Sceaux et ministre de la Justice au sein de son premier gouvernement Édouard Philippe I et il va vivre alors son sacre du printemps, sa première envolé lyrique juste le temps de faire quelques gammes autour d'un projet de loi sur la moralité de la vie publique. Cette même moralité qui va le rattraper et soudain c'est le silence assourdissant de l’affaire du petit Grégory qui revient sur le devant de la scène. On ne saura jamais si c'est lui qui est à l'origine de cette relance juridique qui aurait eu pour but d'avoir fait diversion le temps d'une élection. Ce qu'on sait c'est qu’il est empêtré (selon des informations du Canard Enchainé) dans une affaire qui va sonner le gong de sa carrière. Fini le Radong, fini les bols chantants, fini la flûte à bec, l'assistante parlementaire de Marielle de Sarnez (bras droit de son parti, le MOdem) aurait en réalité été sa secrétaire particulière, elle était rémunérée par le parlement européen pour un emploi fictif... C'est la tuile et
    après une pause et plusieurs soupirs Marielle de Sarnez et François Bayrou décident de démissionner de leur poste respectif de ministre et ils choisissent le jour de la fête de la musique pour l'annoncer, une coïncidence ? Je ne pense pas! Tous les deux décrochent mais il n’y a pas de hasard car c'est pour mieux se préparer à jouer une toute autre partition…

    bayrou, sarnez

    0 commentaire Catégories : emploi, Europe, je, tu, il magouille, Justice, Macron, politique
  • Un prochain gouvernement et un parlement exemplaires ou presque, ça promet…

    Les élections législatives sont passées 233 femmes seront présentes à l’Assemblée une promesse de campagne presque tenue. Il va falloir désormais se mettre au travail et recomposer une équipe gouvernementale digne de ce nom. Sylvie Goulard la ministre des Armées a annoncé sa décision de ne plus «faire partie du gouvernement» elle veut se rendre disponible pour «démontrer librement sa bonne foi» dans l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs présumés du MoDem au parlement européen. Marielle de Sarnez la ministre aux affaires européenne va-t-elle rester au gouvernement? "Tout est ouvert pour moi, ma mission au gouvernement ou la présidence du groupe MoDem à l'Assemblée » a-t-elle dit, sur ce dernier point il semblerait que Richard Ferrand, mis en cause dans une affaire immobilière et réélu dimanche député du Finistère est promis au même recyclage à l'Assemblée. Du côté des vierges effarouchées, François Ruffin fraichement élu député du parti de la France insoumise veut d’emblée établir la confiance avec son électorat. Il rappelle ses engagements de campagne : une réserve parlementaire gérée par un jury populaire, un mandat révocable si 25% des inscrits demandent son départ et cerise sur le gâteau  un salaire ramené au niveau du Smic, le reste allant à des œuvres de charité (on dirait du Coluche dans le texte). Le Canard s’est empressé d’ouvrir un doss sur lui j'imagine… « Je n'ai pas envie que l'on me claque au nez, en permanence : de toute façon vous faites ça pour le pognon ». Attention François ! Ne pas oublier les petits arrangements entre amis… 

    ruffin ferrand

    0 commentaire Catégories : Justice, legislative 2017, Macron, politique
  • Rien, comparé à l’affaire Grégory …

    À la une de l’info ce matin c’est encore l’affaire Grégory qui est relancée et qui prend toute sa place. Le grand-oncle et la grand-tante du petit Grégory Villemin sont sous les verrous pour enlèvement et séquestration suivie de mort. Les soupçons se fondent notamment sur des rapprochements graphologiques. Les enquêteurs pensent avoir identifié les « fameux corbeaux ». À seulement 1 jour du scrutin électoral pour les législatives les qualificatifs ne manquent pas pour désigner le groupe majoritaire dont devrait disposer la République en Marche (LREM) à l'Assemblée nationale. Selon les derniers sondages, le parti d'Emmanuel Macron devrait remporter entre 440 et 470 sièges au parlement cependant avec un taux d’abstention record de 53%. Concernant l’affaire des employés(e)s fictifs au parlement européen du Modem plus une ligne, pas un mot, plus rien. François Fillon doit ronger ses ongles s’il constate la différence flagrante de traitement médiatique. Mais l’essentiel n’est pas là…

    macron, bayrou, gregory

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, faits divers, Justice, Macron, média, politique, presse
  • Face aux affaires des assistants parlementaires fictifs le garde des Sceaux François Bayrou persiste

    En plein tumulte dans l’affaire des assistants parlementaires fictifs du Modem qui n’arrive pas à s’éteindre le garde des Sceaux François Bayrou est de plus en plus mal à l’aise et met lui-même en difficulté son parti. Comme François Fillon il s’entête sur des positions rigides et intenables, mais il faudra bien qu’il se fasse justice et s’il est mis en examen il devra  démissionner, un couac sévère pour ce début de mandat qui s’annonçait décapant. Hier on apprenait, 34 ans après, que  l’affaire Grégory était de nouveau ouverte, de là à y voir une relation directe il n’y a qu’un pas… La Vologne elle a bon dos mais elle aimerait bien qu’on la laisse vivre sa vie à la coule… 

    bayrou

    0 commentaire Catégories : emploi, je, tu, il magouille, Justice, Macron, politique
  • Les projets de loi visant à moraliser la vie politique, en marche…


    En pleine affaire Ferrand trois projets de loi ambitieux, dont une loi constitutionnelle, visant à moraliser la vie politique ont été présentés jeudi par le ministre de la Justice François Bayrou. Ils visent notamment à prévenir les conflits d'intérêts et à refonder le financement public de la vie politique. Ces textes ont été jugé mous et encore perfectibles par la classe politique et les associations anticorruption. Le législateur se prononce dans ces termes : « est-ce qu’on a un texte idéal qui évitera tous les excès ? Je ne crois pas que cela existe », a-t-il reconnu en précisant que le débat n'était « pas fermé ». Quoiqu’ilen soit le compte n’y est toujours pas et plutôt que de faire semblant il faut exiger des ajouts. Comme : « l'interdiction pour tous les détenteurs d'un casier judiciaire non vierge de se présenter à une élection » et « l'encadrement strict des pratiques de lobbying » (deux engagements de campagne d'Emmanuel Macron non tenu dans le texte). Il faut revenir sur le délai de prescription des infractions dites occultes, comme l'abus de bien social. Il faut élargir le texte à « la prévention de la corruption dans les collectivités territoriales » un autre engagement de campagne d'Emmanuel Macron invisible. Il faut interdire aux parlementaires d'exercer une autre profession et imposer une transparence totale des « dons dans les campagnes électorales ». La Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) quant à elle a souhaité que toutes les personnes condamnées pour racisme, antisémitisme, négationnisme ou homophobie et toutes autres formes de discriminations ne puissent plus se présenter au suffrage des Français. Ce qui paraît logique mais c’est dommage car pour le coup Dieudonné et ses amis passent entre les mailles du filet…

    bayrou

    0 commentaire Catégories : Justice, Macron, politique, Société
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu