Avertir le modérateur

le parti de la haine

  • Pour gagner du temps Marine Le Pen demande un recours au niveau européen

    Il n’y a pas que François Fillon qui se pose en victime, Marine Le Pen elle se dit traquée… Elle a demandé un recours au niveau européen de la décision du parlement européen, afin de retenir une partie de ses indemnités confisquée suite aux soupçons d’emplois fictifs. Mais à la différence de François Fillon les poursuites judiciaires ne concernent pas seulement Marine Le Pen. Outre Mme Griset – mise en examen (inculpée) par la justice française – les sommes perçues par Thierry Légier, son garde du corps, font aussi l’objet d’une procédure de recouvrement. Concernant «la procédure de recours» ; trois autres eurodéputés FN, dont Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch, également soumis à des retenues sur salaires pour des faits similaires avaient fait une demande de recours mais celui-ci a été rejetée le 16 février par la Cour, qui a constaté « l’absence d’urgence». Marine Le Pen qui soulève les mêmes arguments sait très bien que son recours a donc «toutes les chances d’être rejeté». En fait elle est plus maline que François Fillon elle veut gagner du temps car le recours en annulation ne sera jugé sur le fond que dans plusieurs mois. Si la justice n’est simplement qu’une autorité aux yeux de Marine Le Pen, elle sait en tout cas qu’elle a suffisamment d’impact sur le terrain politique et médiatique pour avoir le pouvoir d’être expéditive dans les urnes et pas seulement sur le papier…

    Marine Le Pen

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, Justice, le parti de la haine, politique
  • François Fillon et Marine Le Pen inquiétés par la justice continuent vaille que vaille leur campagne pour la présidentielle

    Alors que la charge médiatique ne désemplit pas sur le candidat Fillon autour de l’affaire « Pénélopegate » c’est une autre affaire fait surface. La présidente du FN a reconnu devant les enquêteurs de l’Olaf (organisme antifraude de l’UE) avoir salarié fictivement son garde du corps. Pour l’Office antifraude, « ce contrat de travail à durée déterminée signé par Mme Le Pen ne correspond pas à la réalité. » La réalité du travail fourni pose également question pour une deuxième collaboratrice de Mme Le Pen. Le rapport remis à l’Olaf souligne dans ses conclusions que « les faits en question pourraient être constitutifs d’infractions pénales d’abus de confiance, voire d’escroquerie, ainsi que de faux et d’usages de faux, selon les dispositions respectives du Code pénal français ». Pour François Fillon, contrairement à ses déclarations il y a peu (quand il disait qu’il se retirerait en cas de mise en examen) confirme son intention d’y aller jusqu'au bout et il s'en remet "au seul jugement du suffrage universel ». Pour Marine le Pen c’est différent cette affaire de L’U.E. faisant partie de son mode de fonctionnement naturel et de son ADN familiale, ses électeurs n’y verront absolument pas un frein à ce qu’elle continue bien au contraire… On marche sur l’UE!Le Pen, Fillon

    Lire la suite

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, Europe, je, tu, il magouille, Justice, le parti de la haine, les républicains
  • Emmanuel Macron en visite à Berlin s’est exprimé sur l’avenir de l’Europe en anglais…

    Emmanuel Macron le candidat à la présidentielle qui monte était ce mardi en déplacement à Berlin en Allemagne pour peaufiner sa stature internationale, une dimension indispensable pour tout homme d'État et postulant à l’Élysée. Il s’est exprimé sur l’avenir de l’Europe… mais en anglais dans le texte. Ce qui a fait grincer les dents de Marine le Pen qui s’est empressée de tweeter façon Donald Trump: « Macron va à Berlin faire une conférence en anglais… Pauvre France! ». Justement si la candidate du FN est élue il faudra bien qu’elle s’y cogne elle aussi et quelques cours seront surement nécessaires…

    Marine le pen

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, Europe, la France, le parti de la haine, politique
  • Jean-Luc Mélenchon le candidat du peuple et de la France insoumise vole au secours du Front national


    Jean-Luc Mélenchon on le sait vise le pouvoir avant tout. Le candidat du rassemblement de la gauche soutenu par le PCF et de la France insoumise était hier invité de BFMTV, il a fait le point sur le financement de sa propre campagne. Il a confirmé avoir récolté 8 millions d'euros auprès de deux banques coopératives. La situation du Front national face aux banques l'inquiète et il l’a trouve «injuste» (la candidate FN a affirmé qu’il lui manquait encore six millions d’euros pour financer sa campagne). Jean-Luc Mélenchon se justifie : «ou bien le Front national est interdit comme un parti dangereux pour la démocratie, ou bien c'est un parti qui a des élus (...) comme les autres, et, dans ce cas, il n'y a pas de raison pour un banquier de faire de l'ostracisme». Mais il est où le Jean-Luc Mélenchon qui en mars 2014, dans un débat porté devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, avait pourtant défendu l'emploi de l'adjectif «fasciste» à l'égard du Front national? Pourquoi tient-il tant à ce que le FN soit dédiabolisé et devienne crédible politiquement? La réponse semble évidente : pour être sûr de finir au deuxième tour face à Marine Le Pen car face à une droite décomplexée ses chances sont minces bien évidemment… Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont souvent les mêmes mots : le « peuple », les « élites », la contestation de « Bruxelles », « l’Europe », « Schengen » etc. 
    Ce sont autant de thèmes qui nourrissent leur discours alors normal qu’ils convoitent le même électorat. Du côté du FN on est assez sceptique (c’est un euphémisme) « on voit que les banques préfèrent Jean-Luc Mélenchon à Marine le Pen »… « il est temps que toute la classe politique aille vers cette loi que l'on réclame pour obliger un établissement bancaire français à financer les candidats à la présidentielle » confit Florian Philippot le second du FN qui monte… En effet quelle belle hypocrisie! Avec des prédictions de sondages de près de 25% pour la candidate Marine le Pen dès le premier tour de la présidentielle 2017 il ne faut pas être extralucide ou s’appeler Jean-Luc Mélenchon pour essayer de tout faire déstabiliser la candidate FN et son électorat en lui faisant croire qu’on peut leur tendre la main…

    Jean-Luc Mélenchon, Le Pen

    0 commentaire Catégories : campagne 2017, le parti de la haine, politique
  • « Chez nous » le nouveau film de Lucas Belvaux fait déjà polémique au FN sur la bande-annonce…

    Qu’est-ce que l’on ne sait pas sur l’extrême droite et qu’il serait intéressant de savoir? « Chez nous » le film de Lucas Belvaux dont la sortie en salles est prévue pour le 22 février dans 300 salles se livre à ce douloureux exercice. Une oeuvre de fiction pour le cinéma qui fait polémique car selon les personnes visées elle oublierait justement l’image caricaturale « des bons gros fachos » habituelle (ce dont souffre le FN) pour s’attaquer plutôt à un profil pervers et inattendu celui qui pénètre dans toutes les couches de la société et qui fait avancer ce parti en nombre de votants. La volonté du réalisateur est de montrer les méthodes de banalisation d’un pseudo-parti d’extrême droite qui ressemble au FN sur son image et sa communication, bien que les mécanismes de haine et d’exclusion dans le discours politique restent les mêmes. Ce film se penche sur le comment? Comment un parti d’extrême droite peut-il rendre son discours plus lisse, plus politiquement correcte et plus Républicain? C’est le coeur du problème en fait… Bien évidemment le film sur le principe est très critiqué l’accusant d'être clairement anti-FN en pleine période électorale. Florian Philippot le vice-président du FN, grand admirateur du Général de Gaulle et de Jean-Pierre Chevènement qui ne se cache pas de le faire savoir quand il veut se montrer ouvert (plus lisse que moi tu meurs), lui y voit clairement un film de propagande: "Si demain un film sortait sur François Fillon ou Manuel Valls, légitimement, ils trouveraient ça scandaleux »… « Peut-être faudrait-il mettre le budget de ce film sur les comptes de campagne de nos adversaires. Je ne plaisante même pas en disant cela », a-t-il dit. Sauf que Lucas Belvaux est belge et ce film n'est pas une commande pour un parti en course pour la présidentielle. En tout cas, les différentes réactions sur la seule bande-annonce de ce film auront mis un coup de projecteur inattendu. Gageons que les vrais intéressés voient le film entièrement et là ils sauront faire la part des choses, entre la fiction et la réalité… 

    chez nous, FN

    Article du Monde sur le film

    0 commentaire Catégories : Art et culture, campagne 2017, le parti de la haine, politique
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu